Normes européennes et réglementation – Vêtements professionnels et EPI

La normalisation textile compte plus de 630 normes et s’applique à l’ensemble de la filière textile-habillement-distribution-entretien, de la production des fibres aux applications les plus diversifiées de l’industrie textile.
De quoi garantir la bonne qualité et la sécurité des vêtements professionnels et EPI !

Il existe 3 classes (ou catégories) d’EPI

  • Classe 1 : risque mineur
  • Classe 2 : risque moyen à important
  • Classe 3 : risque mortel

Il existe 8 grandes familles d’EPI

  • Protection contre le froid/climat frais
  • Protection contre les intempéries
  • Protection contre les risques mécaniques
  • Protection contre la chaleur et les flammes
  • Protection contre les risques chimiques
  • Protection contre les risques infectieux
  • Protection contre les risques électrostatiques
  • Protection contre la contamination radioactive

Chaque EPI est accompagné d’une notice d’information contenant toutes les instructions dans la ou les langues officielles du pays de destination.

A savoir
C’est le BNITH (Bureau de Normalisation de l’Industrie Textile et de l’Habillement) qui organise l’ensemble des travaux normatifs français en lien avec les secteurs de l’industrie textile et de l’habillement. Il les partage au niveau européen, international, puis entame les démarches de révision, changement, suppression des normes.

A chaque norme son petit résumé, que vous pouvez consulter en intégralité sur www.boutique.afnor.org


NF EN ISO 20471 (Juin 2013)

NF EN 20471Version révisée de NF EN 471 Vêtements à haute visibilité

Résumé :

« La présente Norme internationale spécifie les exigences que doivent respecter les vêtements à haute visibilité afin de signaler visuellement la présence de l’utilisateur. Les vêtements à haute visibilité sont destinés à offrir une perceptibilité du porteur lorsqu’il est vu par les conducteurs de véhicules ou d’autres équipements mécaniques, dans toutes les conditions de luminosité, de jour et de nuit dans la lumière des phares d’un véhicule (…). »

Source originale

Les professionnels concernés par le port de ce type de vêtement s’avèrent bien plus nombreux qu’on ne le pense ! Le personnel des Services publics ou travaillant dans les collectivités locales , ceux qui interviennent sur les routes et autoroutes, les professionnels des secteurs du BTB et de l’environnement…

Matériaux rétro-réfléchissants

Briller et encore briller…
Pluie, variations de températures, abrasion, pliage à froid, flexion, lavage, nettoyage à sec (quand applicable), rien ne doit empêcher les matériaux rétro-réfléchissants de briller.    

Matériaux fluorescents

Résister, encore résister…
A une exposition aux UV (les couleurs doivent rester vives !), aux variations dimensionnelles, à la vapeur d’eau, aux propriétés mécaniques…

Comment ça marche une bande rétro-réfléchissante ?

Les bandes rétro-réfléchissantes contiennent un « pigment » constitué de micro-billes de verre ou matériaux ayant des propriétés optiques proches et réfléchissant la lumière à sa source. Elles garantissent au porteur d’être vu des automobilistes à 150 m. L’assurance d’être bien vu permet à chacun de se concentrer sur sa mission. Pour en savoir plus sur cette norme de signalisation à haute visibilité >

La sélection de notre petite tête de gourou

logo diapason vêtement professionnel

Découvrez les vêtements de signalisation à haute visibilité qui répondent aux exigences relatives à la norme EN 20471, de quoi vous garantir protection et sécurité sur tous vos chantiers, quelles que soient les conditions de luminosité !


NF EN 14404+A1 Protection des genoux

Pantalon de travail genouilleres
Pantalon de travail genouilleres

NF EN 14404EPI de catégorie 2/Risque moyen

Résumé :

« La présente Norme européenne spécifie les exigences relatives aux protections des genoux pour le travail à genoux. Elle présente les exigences de marquage des protections des genoux (…). Elle décrit les méthodes d’essai et définit des niveaux de performance. (…) La présente Norme européenne ne s’applique pas aux protections des genoux qui sont des dispositifs médicaux ou sont destinées au sport. »

Source originale

A savoir

Carreleur, chapiste, fumiste, charpentier, menuisier, poseur de sol, parqueteur, couvreur… Autant de professionnels à protéger des risques liés au travail à genoux, dont l’hygroma du genou pré-patellaire et les lésions des cartilages dues à une pression continue sur les genoux.

La sélection de notre petite tête de gourou

logo diapason vêtement professionnel

Voici les pantalons de travail avec genouillères muni des plaques adaptées (réf GN08) sélectionné pour vous sur le site des vêtements professionnels

Ils constituent un équipement de protection EN 14404+A1 : 2010, équipement de protection des genoux.


 

NF EN ISO 13688 (09/2013) – Exigences générales

Il s’agit de la norme de référence pour l’ensemble des normes concernant le vêtement professionnel. Toujours associée à une autre norme, la norme NF EN ISO 13688 définit les exigences générales de performances pour les vêtements de protection.

Résumé :

« La présente Norme internationale spécifie des exigences générales de performance relatives à l’ergonomie, à l’innocuité, à la désignation des tailles, au vieillissement, à la compatibilité et au marquage des vêtements de protection ainsi qu’aux informations devant être fournies par le fabricant avec les vêtements de protection.
La présente Norme internationale (…) n’est pas destinée à être appliquée seule. »

Source originale

A savoir
Il n’existe pas de logo spécifique pour la norme NF EN ISO 13688.


 

NF EN 342 (janvier 2005) et NF EN 14058 (Décembre 2004)


NF-EN-342Protection contre le froid/contre les climats frais – EPI de catégorie 2/Risque moyen

Résumé :

« La présente Norme européenne NF EN 342 spécifie les exigences et les méthodes d’essai de performance des ensembles de vêtements (c’est-à-dire combinaisons deux-pièces et une pièce) ou des articles d’habillement simple pour la protection contre les environnements froids (…). »

Source originale

Environnement froid = humidité + vent à une température inférieure à -5 °C.

Résumé :

« La présente Norme européenne NF EN 14058 spécifie les exigences et les méthodes d’essai de performance des articles d’habillement simples pour la protection du corps contre les environnements modérément froids (…). »

Climat frais = humidité + vent à une température de -5 °C et plus.

Un vêtement « climat frais » peut être utilisé par des professionnels de nombreux secteurs, du monde du BTP à l’univers de l’industrie agroalimentaire.

Critères de performance et d’exigence évalués :

  • La résistance évaporative Ret = perméabilité du vêtement à la vapeur d’eau + capacité à évacuer la transpiration.
  • La perméabilité à l’air AP = débit d’air qui passe à travers les différentes couches constituant le vêtement, sous une pression d’air de 100 Pa (Pascal).
  • La résistance thermique (Icle et Iclerc ) = niveau d’isolation thermique offert par le vêtement.
  • La résistance à la pénétration d’eau (WP).

De quoi se compose un vêtement « froid » ? 

  • Un matériau extérieur
  • Une couche intermédiaire ayant une propriété d’étanchéité (insert)
  • Une doublure thermique (non étanche à l’eau, mais fournissant une isolation thermique)
  • Une doublure : matériau le plus à l’intérieur sans propriété d’étanchéité à l’eau

 

NF EN 343+A1 et NF EN 343/IN1 (Décembre 2007)

NF EN 343Protection contre les intempéries – EPI de catégorie 1/Risque faible

Résumé :

« La présente Norme européenne NF EN 343+A1 spécifie les exigences et les méthodes d’essai applicables aux matériaux et aux coutures des vêtements de protection contre les intempéries (par exemple précipitations sous forme de pluie ou neige), brouillard et humidité du sol (…). »

Source originale

Un vêtement « intempéries » en plusieurs couches :

  • Un matériau extérieur
  • Un insert ou insert thermique
  • Une doublure

 

Protection contre les produits chimiques NF EN 13034+A1 (Type 6)

NF EN 13034EPI de catégorie 3/Risque élevé

Résumé :

« La présente Norme européenne NF EN 13034+A1 spécifie les exigences minimales relatives aux vêtements de protection chimique à usage limité ou réutilisables offrant une protection limitée. 

Les vêtements de protection chimique à usage limité sont conçus pour être utilisés en cas d’exposition probable à de légères pulvérisations, aux aérosols liquides ou à basse pression, de légères éclaboussures, contre lesquels une barrière totale contre la perméation des liquides (au niveau moléculaire) n’est pas nécessaire. La présente norme européenne couvre à la fois les combinaisons de protection chimique (Type 6) et les articles ne couvrant qu’une partie du corps (Type PB). Les combinaisons de protection (Type 6) couvrent et protègent au moins le tronc et les membres (…). »

Source originale


 

NF EN ISO 11612 Protection contre la chaleur et les flammes (Mai 2009)

NF EN 11612EPI de catégorie 2/Risque moyen

Résumé :

« La Norme internationale NF EN ISO 11612 spécifie les exigences de performance relatives aux articles d’habillement fabriqués avec des matériaux souples, conçus pour protéger le corps humain, sauf les mains, contre la chaleur et/ou la flamme.

(…) Les exigences de performance fournies dans la présente Norme internationale sont applicables aux articles d’habillement qui pourraient être portés pour un large éventail d’utilisations finales, où il existe un besoin de vêtements offrant des propriétés de propagation de flamme limitée et où le porteur peut être exposé à une chaleur émise par rayonnement, par convection ou par contact ou à des projections/éclaboussures de métal en fusion (…). »

Source originale


 

NF EN ISO 11611 Protection soudeurs (Retardateur flamme) (Avril 2008)

NF EN 11611EPI de catégorie 2/Risque moyen

Résumé :

« La présente Norme internationale NF EN ISO 11611 spécifie les exigences essentielles de sécurité minimales et les méthodes d’essai des vêtements de protection (…) destinés à protéger le corps y compris la tête (cagoules) et les pieds (guêtres) et qui doivent être portés durant des opérations de soudage et autres procédés techniques ayant des risques comparables (…). 

Ce type de vêtement de protection est destiné à protéger celui qui le porte contre les projections (petites projections de métal en fusion), contre le contact de courte durée avec une flamme, contre la chaleur radiante provenant de l’arc et à fournir un certain degré d’isolation électrique en cas de contact accidentel avec un conducteur électrique à un voltage supérieur à approximativement 100 V en courant continu dans des conditions normales de soudage. La sueur, les salissures ou d’autres polluants peuvent affecter le niveau de protection apporté contre un contact accidentel avec un conducteur électrique à ces voltages (…). »

Source originale

Des obligations à respecter dans la conception des EPI NF EN ISO 11611

  • Combinaisons : elles doivent couvrir le haut et le bas du torse, le cou, les bras et les jambes.
  • Manches de vestes et de combinaisons : pas de revers !
  • Poches extérieures des vestes et pantalons : à recouvrir de rabats d’une largeur d’au moins 20 mm afin d’éviter que ce dernier ne puisse rentrer dans la poche.
  • Résistance à la chaleur : aucun des accessoires ou des étoffes utilisés dans l’article d’habillement et/ou dans l’assemblage de vêtements ne doit s’enflammer, ni fondre, ni rétrécir de plus de 5 %, lorsque le vêtement est soumis à essai à une température de 180°C (+/-5°).
  • Propagation de flamme limitée. 
  • Variation dimensionnelle  des matériaux tissés et non tissés due au nettoyage : ne doit pas être supérieure à 3 %.
  • Résistance à la traction : au minimum de 300 N (Newton).
  • Résistance du matériau extérieur (sauf cuir et tricots) au déchirement : au minimum de 15 N (Newton).
  • Exigences de performances de transmission thermique.

 

NF EN ISO 14116 (Juillet 2009) Protection à propagation de flamme limitée

NF EN 14116EPI de catégorie 2/Risque moyen

Résumé :

« La présente Norme internationale spécifie les exigences de performance relatives aux matériaux, aux assemblages de matériaux et aux vêtements de protection à propagation de flamme limitée afin de réduire le risque qu’un vêtement ne brûle, représentant par là-même un danger en soi. Les vêtements de protection conformes à la présente Norme internationale sont destinés à protéger les travailleurs contre tout contact occasionnel et de courte durée avec de petites flammes, dans des conditions ne présentant pas de risque thermique significatif et en l’absence d’autres types de chaleur (…). »

Source originale


Les normes NF EN ISO 11612 – NF EN ISO 14116
ne répondent pas aux niveaux minima d’exigences de performances relatives aux vêtements de protection portés par les sapeurs-pompiers et les professions associées.


 

NF EN 510 Protection contre le happement

NF EN 510EPI de catégorie 2/Risque moyen

Résumé :

« La présente norme spécifie les propriétés des vêtements de protection qui réduisent les risques d’enchevêtrement ou de happement par des machines en mouvement lorsque le porteur travaille sur ou à proximité des machines ou appareils en mouvement dangereux (…). »

Source originale

Caractéristiques des vêtements professionnels répondant aux exigences de la norme NF EN 510 :   

  • Présence de dispositifs de fermeture sans pièces flottantes et cachés.
  • Chaque pli occasionné par les éléments de fermeture doit être formé de l’intérieur du vêtement.
  • Les moyens de fermeture ne doivent pas subir de dommage, ni chimique ni mécanique.
  • Les moyens de fermeture doivent être inoxydables et ne montrer aucune trace de rouille.
  • Les coutures doivent être rabattues à l’intérieur.

NF EN 1149-5 Protection propriétés électrostatiques

Norme-NF-EN-1149-5EPI de catégorie 2/Risque moyen

Techniciens de maintenance, électriciens, ingénieurs… De nombreux professionnels sont amenés à intervenir en zone ATEX (Atmosphère Explosive), c’est-à-dire dans des lieux présentant des risques d’explosion. Si le travailleur n’est pas bien équipé, son corps peut agir comme un conducteur. C’est pourquoi « Les travailleurs doivent recevoir des vêtements de travail appropriés, fabriqués en matière qui ne créent pas des décharges électriques qui peuvent faire enflammer l’atmosphère explosive » (Annexe II, art.2.3 de la Directive ATEX 99/92/CE).

Résumé :

« La présente Norme européenne spécifie les exigences relatives aux matériaux et à la conception des vêtements de protection à dissipation électrostatique utilisés en complément d’un système de mise à la terre dans le but d’empêcher les décharges incendiaires. Ces exigences peuvent se révéler insuffisantes dans les atmosphères inflammables enrichies en oxygène. La présente norme n’est pas applicable à la protection contre les tensions du réseau. »

Source originale

Caractéristiques des EPI répondant aux exigences de cette norme :

  • Le tissu utilisé doit « écouler les charges » grâce notamment à l’ajout de fibres conductrices, distantes de 10 mm maxi, disposées de manière linéaire ou en forme de grille. On trouve aussi des tissus revêtus ou laminés avec des matériaux polymères ou métalliques dans lesquels les propriétés électriques des composants diffèrent de l’un à l’autre.
  • La couche antistatique (AST) la plus extérieure doit couvrir les autres couches (non AST) de façon permanente et dans toutes les circonstances.
  • Les glissières ou boutons sont autorisés, sous réserve d’être recouverts par un tissu AST.
  • Les étiquettes et bandes rétro-réfléchissantes doivent être attachées de façon permanente.

 

CEI 61482-2:2009 (Avril 2009)

CEI 61482-2Travaux sous tension – Vêtements de protection contre les dangers thermiques d’un arc électrique

Cette norme spécifie les exigences et les méthodes d’essai applicables aux matériaux utilisés pour les vêtements et équipements de protection des travailleurs électriques contre les dangers thermiques d’un arc électrique.

 

2 classes de protection possibles :

  • La classe 1 de protection à l’arc 4kA des matériaux et articles d’habillement.
  • La classe 1 de protection à l’arc 7kA des matériaux et articles d’habillement.

Lors des tests, on mesure la transmission de chaleur du tissu, le temps nécessaire pour engendrer une brûlure au second degré et on évalue également l’embrasement, la formation de trou, la fonte…